JM:termes du blason [fr]

Anmerkung DE: Der folgende Text ist nicht aus meiner Feder, sondern eine Abschrift eines Textes aus dem Jahre 1824. Titel dort: Table alphabétique des termes du blason

A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M|N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z


A

Abaissé.

Ce mot sert à désigner les pièces, un écusson qui sont au-dessous de leur situation ordinaire. Le chef qui occupe ordinairement le tiers de l’écu peut être abaissé sous un autre chef de concession, de patronage, de religion, etc. Ainsi, les commandeurs et chevaliers de l’ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem ni ont des chefs dans leurs armoiries, les abaissent nécessairement sous celui de leur religion.

La fasce et le chevron peuvent aussi être abaissés, en les plaçant plus bas que le tiers du milieu de l’écu, qu’ils occupent ordinairement; le vol et les ailes des oiseaux peuvent de même être abaissés, quand, au lieu d’être élevés vers le chef de l’écu, ils descendent vers sa base.

Abouté.

Ce mot se dit des différentes pièces d’armoiries qui se répondent par les pointes. Quatre hermines sont aboutées lorsque leurs bouts se répondent et se joignent en croix.

Accolé.

Ce mot se prend en quatre sens différents:

  1. pour deux choses attenantes et jointes ensemble: ainsi, les écus de France et de Navarre sont accolés sous une même couronne pour les armoiries de nos rois; les femmes accolent leurs écus à ceux de leurs maris;
  2. ce mot se dit des chiens, des vaches et des autres animaux qui ont des colliers, ou des couronnes passées au cou;
  3. il sert à désigner des choses qui sont entortillées, comme une vigne autour d’un échalas, un serpent autour d’une colonne ou d’un arbre, etc.; 4° ce mot se dit des clés, bâtons, masses, épées, bannières; etc., qu’on passe en sautoir derrière l’écu.

Accompagné.

On se sert de ce mot en parlant de quelques pièces honorables, quand elles en ont d’autres en séantes partitions: ainsi, la croix se dit accompagnée de quatre étoiles, de quatre coquilles, de vingt billettes, de seize alérions, etc., quand ces choses sont également disposées dans les quatre cantons qu’elle laisse vides dans l’écu; le chevron peut être accompagné de trois croissants, deux en chef et un en pointe; de trois roses, de trois besants, etc.; la fasce peut être accompagnée de deux losanges, deux croisettes, etc.; l’une en chef, l’autre en pointe, ou de quatre tourteaux, deux en chef et deux en pointe; le pairle peut être accompagné de trois pièces semblables, une en chef, deux en flanc; le sautoir de quatre, une en chef, une en pointe et deux en flanc.

Accorné.

Ce mot se dit de tous les animaux qui ont des cornes, lorsqu’elles sont d’une autre couleur que celle de l’animal.

Accosté.

On peut se servir indifféremment des mots accosté, accompagné; ils désignent la même chose.

Accroupi.

On désigne par ce mot le lion et tous les animaux sauvages lorsqu’ils sont assis; les lièvres, les lapins, quand ils sont ramassés ce qui est leur posture ordinaire quand ils ne courent pas.

Acculé.

Se dit d’un cheval cabré, quand il est sur le cul en arrière, et de deux canons opposés sur leurs affûts, comme les deux que le grand-maitre de l’artillerie mettait au bas de ses armoiries pour marque de sa dignité.

Adextré.

Se dit des pièces qui en ont d’autres à leur droite: un pal qui n’aurait qu’un lion sur le flanc droit serait adextré de ce lion.

Adossé.

On se sert de ce mot pour désigner deux animaux qui sont rampants, les dos tournés l’un contre l’autre; on dit aussi que deux clés sont adossées lorsque leurs pannetons sont tournés en dehors, l’un d’un côté, l’autre de l’autre; deux faux, et généralement tout ce qui est de longueur et qui a deux faces différentes, comme les haches, les doloires, les marteaux, etc., peut se dire adossé.

Affronté.

Est le contraire d’adossé, et se dit de deux animaux qui se regardent, et de deux choses qui sont opposées de front.

Aiguisé.

Se dit de toutes les pièces dont les extrémités peuvent être aigues, comme le pal, la fasce, la croix, le sautoir.

Ajouré.

Se prend pour une couverture du chef, de quelque forme qu’elle soit, ronde, carrée, en croissant, etc., pourvu qu’elle touche le bout de l’écu; ce mot se dit encore des jours d’une tour, d’une maison, quand ils sont d’autre couleur.

Ailé.

Se dit de toutes les pièces qui ont des ailes contre nature, comme d’un cerf ailé, d’un lion ailé, et de tous les volatiles dont les ailes sont d’autre couleur que le corps.

Alérion.

Ce mot désigne de petits aiglons, qu’on représente avec les ailes étendues, et sans bec ni pieds.

Alézé.

On désigne par ce mot des pièces honorables, retraites de toutes leurs extrémités (voyez le mot retrait); un chef, une bande, qui ne touchent pas les deux bords ou les deux flancs de l’écu, sont des pièces alézées; il en est de même de la croix et du sautoir qui ne touchent pas les bords de leurs quatre extrémités.

Allumé.

On désigne par ce mot les yeux des animaux, quand ils sont d’autre couleur.

Anché.

Ce mot se dit d’un cimeterre recourbé.

Anglé.

Se dit de la croix et du sautoir, quand il y a des figures longues à pointes, qui sont mouvantes de ces angles: la croix de Malte des chevaliers français est anglée de quatre fleurs-de-lis.

Anille.

On se sert de ce mot pour désigner un fer de moulin.

Animé.

Se dit de la tête d’un cheval et a se yeux, quand ils paraissent avoir action.

Annelet.

Se dit d’un petit anneau.

Antique.

On se sert de ce mot en parlant des couronnes à pointes de rayons, des coiffures anciennes, grecques ou romaines; on peut encore l’employer en parlant des vêtements, des bâtiments et des niches gothiques, qui font les armoiries de certaines villes: celles de Montpellier sont une image de Notre-Dame, sur son siège à l’antique, et en forme de niche.

Appaumé.

Se dit d’une main ouverte, dont on voit le dedans qui est la paume.

Appointé.

Se dit de deux choses qui se touchent par les pointes: deux chevrons peuvent être appointés; trois épées, mises en pairle, peuvent être appointées en coeur; il en est de même de trois flèches.

Armé.

On se sert de ce mot en parlant des ongles des lions, des griffons, des aigles, etc., des flèches, dont les pointes sont d’autres leurs que le fût.

Arraché.

Se dit des arbres, des plantes dont voit les racines; il se dit aussi des têtes et des membres d’animaux qui ne sont pas coupés net, et qui ont divers lambeaux ou filaments qui paraissent des pièces arrachées avec force.

Arrêté.

Ce mot se dit d’un animal qui est sur quatre pieds, sans que l’un avance devant l’autre: c’est la position ordinaire des animaux ‘on nomme alors passants.

Arrondi.

Ce mot se dit de certains objets qui, étant ronds naturellement ou par le secours de l’art, ont certains traits en armoiries, qui servent à faire connaître cet arrondissement, tels que les boules, pour les distinguer des tourteaux et des besants. (Voyez ces mots.)

Assis.

Se dit de tous les animaux domestiques qui sont sur le cul, tels que les chiens, les chats, les écureuils, etc.

Azur.

Ce mot se dit de l’émail bleu des armoiries. Les armes de France sont d’azur à trois fleurs-de-lis d’or.

B

Bâillonné.

Se dit des animaux qui ont un bâton entre les dents, tels que les lions, les ours, les chiens et les cochons.

Bandé.

Se dit d’un écu tout couvert de bandes, ou de pièces bandées comme le chef, la fasce, le pal, et même de quelques animaux, comme lion de Hesse.

Barbé.

Se dit des coqs et des dauphins, quand leur barbe est d’un autre émail que le corps.

Barré.

Se dit d’un cheval paré; il se dit aussi des pièces de l’écu couvertes de barres qui vont diagonalement de gauche à droite.

Bastillé.

Se dit des pièces qui ont des créneaux renversés, qui regardent la pointe de l’écu.

Bataillé.

Ce mot se dit d’une cloche qui a le batail d’autre émail qu’elle n’est.

Bequé.

Se dit des oiseaux dont le corps est d’autre émail.

Besant.

Ce mot désigne une pièce d’or ou d’argent: une pièce d’un écusson est besantée lorsqu’elle est chargée de besants.

Bigarré.

Se dit des papillons et de tout ce qui a diverses couleurs.

Billette.

Ce mot désigne une-pièce en carré long, comme une brique. Lorsque le champ de l’écu est semé de billettes, on dit qu’il est billetté.

Bisse.

Ce mot est emprunté de l’italien biscia, et signifie un serpent.

Bordé.

Se dit des croix, des bandes, des gonfanons, et de tout autre objet ayant des bords de différents émaux.

Bourdonnée.

On se sert de ce mot en parlant d’une croix dont les branches sont arrondies aux extrémités, en formé de bourdon de pélerin.

Boutonné.

Ce mot se dit du milieu des roses et des autres fleurs, quand il est d’autre couleur que la fleur: il se dit aussi d’un rosier qui a des boutons, et des fleurs-de lis épanouies.

Bretessée.

Se dit des pièces crénelées haut et bas; en alternative.

Brisé.

On se sert de cette expression en parlant des armoiries des puînés et, dès cadets d’une famille, où il y a quelque changement par 4dditimi, diminution ou altération de quelque pièce, pour distinguer les branches.

  • Monseigneur le duc d’Anjou brise les armes de France d’une bordure de gueules;
  • monseigneur le duc de Berri d’une bordure engrelée;
  • monseigneur le duc d’Orléans d’un lambel d’argent;
  • monseigneur le prince de Condé d’un bâton alezé;
  • monseigneur le prince de Conti enfin ajoutait pour subrisure une bordure de gueules.

Tout ce qui met quelque différence aux armes pleines est censé brisure.

brochant.

Ce mot se dit des pièces qui passent sur d’autres, comme une fasce ou un chevron qui broche sur un lion. Les anciens ducs de Bouillon portaient de France, à la bande brochant sur le tout.

Burelé.

Se dit d’un écu rempli de petites fasces en nombre pair, et de deux émaux différents.

C

Cablée.

Se dit d’une croix faite de cordes on de câbles tortillés.

Cabré.

Se dit d’un cheval acculé.

Cannelé.

Ce mot se dit de l’engrelure dont les pointes sont en dedans et le dos en dehors, creuse les cannelures des colonnes en architecture.

Cantonné.

Se dit de la croix et des sautoirs, accompagnés dans les cantons de l’écu de quelques autres figures.

Carnation.

On se sert de ce mot pour désigner les parties du corps humain, particulièrement du visage, des mains, des pieds quand ils sont représentés au naturel.

Ceintré.

Se dit du globe d’une couronne impériale, entouré d’un cercle et d’un demi-cercle en forme de ceinture.

Cimier.

Ce mot se dit de la figure de quelque animal, ou de tout autre objet qui se met an dessus du casque ou timbre.

Chaperonné.

Se dit d’un oiseau de proie, surtout des éperviers lorsqu’ils ont un chaperon sur la tête.

Chargé.

Ce mot se dit de toutes sortes de pièces sur lesquelles il y en a d’autres; ainsi le chef, la fasce, la bande, le pal, le chevron, les croix, les lions, etc., peuvent être chargés de coquilles, de besants, de tourteaux, de roses, de croissons, etc.

Châtelé.

Se dit d’une bordure ou d’un lambel chargé de plusieurs châteaux: la bordure de Portugal et le lambel d’Artois sont châtelés.

Chevelé.

Se dit des cheveux qui sont d’un autre émail que la tête.

Chevillé.

Se dit des ramures d’un bois de cerf.

Chevron.

On désigne par ce mot deux pièces plates assemblées, dont la pointe est tournée vers le haut de l’écu: on te nomme chevron brisé quand la pointe d’en haut est fendue,’ en sorte que les pièces ne se touchent que par un de leurs angles. On dit qu’un écu est chevroné (-sic-) lorsqu’il est semé de chevrons.

Clariné.

Se dit d’un animal qui porte des sonnettes, tels que les vaches, les moutons, les chameaux, etc.

Clechée.

Se dit d’une croix lorsque ses extrémités sont faites en forme d’anneaux de clés. (La croix de Toulouse est clechée.)

Cloué.

Se dit d’un collier de chien et des fers d’un cheval, lorsque les clous sont d’autre émail.

Componné.

Se dit des bordures, pals, ban, des fasces, croix et sautoir, qui sont composés de pièces carrées d’émaux alternés en forme d’échiquier.

Contourné.

On désigne par ce mot des animaux dont la tête est tournée vers la gauche de l’écu.

Contre-bandé, contre-barré, contre-bretessé, contre-écartelé, contre-fascé, contre-fleuré, contre-palé, contre-potencé, contre-vairé:

on désigne par ces mots des bandes, barres, brétesses, écartelures, fasces, fleurons, pals, potences et vairs, lorsque ces pièces sont opposées les unes aux autres.

Contre-passant.

Se dit de deux animaux; dont l’un passe d’un côté et l’autre d’un autre.

Cordé.

Se dit des luths, harpes, violons, etc., et des arcs à tirer, quand leurs cordes sont d’un émail différent.

Cotticé.

Se dit d’un écu rempli de dix bandes de couleurs alternées.

Coulissé.

Se dit d’un château et d’une tour qui out la herse ou la coulisse à la porte.

Coupé.

Se dit de l’écu partagé par le milieu horizontalement, en deux parties égales; il se dit aussi des membres des animaux qui sont coupés net.

Couplé.

Se dit des chiens de chasse liés ensemble.

Cousu.

Se dit du chef quand il est de métal sur métal, ou de couleur sur couleur, comme aux armoiries de la ville de Paris, qui sont de gueules au navire équipé d’argent, voguant sur des ondes de même au chef de France.

Couvert.

Se dit d’une tour qui a un comble.

Cramponné.

Se dit des croix et des autres pièces qui ont à leurs extrémités une demi-potence.

Crénelé.

Se dit des tours, châteaux, bandes, fasces et autres pièces à créneaux.

Crequier.

C’est le nom d’un prunier sauvage dans les armoiries, il ressemble à un chandelier à sept branches.

Crêté.

Se dit des coqs, à cause de leur crête.

Cri de guerre.

On donne ce nom à certains mots qu’une maison illustre portait écrits sur ses bannières, et que ses guerriers répétaient en marchant au combat. Le cri de guerre se place au dessus des armoiries: celui des Français était Mont-Joie et Saint-Denis, et celui de la maison de Bourbon, Notre-Dame.

Croisillon.

On donne ce nom à la traverse d’une croix: celle de Lorraine en a deux.

Cordelière.

On donnait ce nom à la ceinture de corde que les reines portaient après la mort de leur époux, au lieu des ceintures somptueuses dont elles se ceignaient auparavant. Anne de Bretagne, veuve de Charles VIII, mit une cordelière à ses armes.

D

Danché.

Se dit du chef, de la bande, de fasce et de tout ce qui est parti, coupé, tranché, taillé, écartelé, quand il se termine en pointes aiguës en formes de dents.

Découpé.

Se dit des lambrequins qui sont découpés en feuilles d’acanthe; il se dit aussi du papillonné.

De l’un en l’autre.

Se dit du parti, du coupé, du tranché, de l’écartelé, du fascé, du pallé (-sic-), du bandé, etc., quand ils sont chargés de plusieurs pièces qui sont sur l’une de ces parties et sur l’émail de l’autre réciproquement et alternativement; par exemple, d’un écu tranché d’argent et d’azur à trois tourteaux d’azur sur l’argent et trois besants d’argent sur l’azur.

De l’un à l’autre.

Se dit des pièces qui passent sur celles de la partition ou sur toutes les fasces, bandes, pals, en alternant les émaux de ces partitions.

Démembré.

Se dit de l’aigle, du lion et de tout autre animal dont les membres sont séparés.

Denté.

Se dit des dents des animaux.

Dentelée.

Se dit de la croix de la fasce, de la bande et d’autres pièces à petites dents.

Deux un.

Se dit de la disposition ordinaire de deux (-sic- sûrement une erreur pour : trois) pièces, dont deux sont vers le chef et une vers la pointe, comme les trois fleurs-de-lis de France.

Diadème.

On se sert de ce mot en parlant de l’aigle ayant un petit cercle sur sa tête.

Diapré.

Se dit des fasces, pals et d’autres pièces bigarrées de diverses couleurs.

Diffamé

Se dit du lion qui n’a point de queue.

Divisé.

Se dit de la fasce, de la bande, qui n’ont que la moitié de leur largeur: on dit alors fasce ou bande en divise.

Donjonné.

Se dit des tours et des châteaux qui ont des tourelles.

Dragonné.

Se dit du lion qui se termine en queue de dragon.

E

Ecartelé.

Se dit de l’écu divisé en quatre parties égales en bannière ou en sautoir.

Echiqueté.

Se dit de l’écu, des pièces principales et même de quelques animaux, tels que les aigles, les lions, quand ils sont composés de pièces carrées alternées, comme celles d’un échiquier. Il faut qu’il y ait au moins vingt carreaux dans un écu, pour qu’on puisse le dire échiqueté; il est équipollé quand il n’y en a que neuf; quand il n’y en a que quinze, on dit quinze points d’échiquier. Les autres pièces doivent, pour le moins, être échiquetées des deux tiers; autrement elles sont componées.

Ecoté.

Se dit des troncs et des branches dont les menues branchés ont été coupées.

Effaré.

Se dit d’un cheval levé sur ses pieds. Elancé. Se dit d’un cerf courant.

Emanché.

Se dit des partitions de l’écu où les pièces s’enclavent l’une dans l’autre en forme de longs triangles pyramidaux.

Embouté.

Se dit des manches de marteaux dont les bouts sont garnis d’émail différent.

Emmanché.

Se dit des haches, faux, marteaux, etc. qui ont un manche.

Emmuselé.

Se dit des ours, des chameaux, des mulets etc. auxquels on lie le museau pour les empêcher de mordre et de manger.

Empenné.

Se dit d’une flèche, d’un javelot, etc., qui a des ailerons ou pennes.

Empiétant.

Se dit d’un oiseau de proie quand il la tient avec ses serres.

Empoigné.

Se dit des flèches, javelots et autres choses semblables de figure longue, quand elles sont au nombre de trois au plus, l’une en pal, les autres en sautoir, assemblées et croisées au milieu de l’écu. Les flèches de la devise des Etats de Hollande sont placées de cette manière.

Encoché.

Se dit du trait qui est sur un arc bandé ou non.

Enclavé.

Se dit d’un écu parti dont l’une des partitions entre dans l’autre en forme de coin allongé.

Endente.

Se dit d’une fasce, d’un pal, d’une bande et d’autres pièces en triangles alternées de divers, émaux.

Enfilé.

Se dit des couronnes, annelets et autres choses rondes et ouvertes, passées dans une bande, pal, fasce, lance, etc.

Englanté.

Se dit d’un chêne chargé de glands.

Engoulé.

Se dit des bandes, croix, sautoirs dont les extrémités entrent dans les gueules de lions, léopards, dragons, etc., etc. Il y a aussi des mufles de lions qui engoulent le casque, comme dans les anciennes armoiries des ducs de Savoie.

Engrelé.

Se dit des bordures, croix, bandes, sautoirs qui sont â petites dents forts menues, dont les côtés s’arrondissent un peu.

Enguiché.

Se dit des cors, hochets et trompes dont l’embouchure est d’un émail différent.

Ensanglanté.

Se dit du pélican et des autres animaux sanglais.

Entravaillé.

Se dit des oiseaux éployés qui ont un bâton passé entre les ailes et les pieds.

Entrelassé.

Se dit de trois croissants, de trois anneaux, etc., passés les, uns dans les autres.

Entretenu.

Se dit des clés et autres choses semblables qui se tiennent liées ensemble par leurs anneaux.

Equipé.

Se dit d’un vaisseau qui a ses voiles et ses cordages.

Equipollé.

Se dit de neuf carrés, dont cinq sont d’un émail et quatre d’un autre alternativement.

Ebranché.

Se dit d’un arbre dont les branches ont été coupées.

Eclaté.

Se dit des lances et des chevrons rompus.

Eclopé.

Se dit d’une partition dont une pièce parait rompue.

Epanoui.

Se dit des fleurs-de-lis dont il sort des boutons entre les fleurons, et dont le fleuron d’en haut est comme ouvert.

Eployé.

Se dit des oiseaux dont les ailes sont étendues.

Essorant.

Se dit des oiseaux qui n’ouvrent l’aile qu’à demi pour prendre le vent et qui regardent le soleil.

Essoré.

Se dit des toits des maisons de divers émaux.

Etincelant.

Se dit des charbons lorsqu’il en sort des étincelles: quand il est semé d’étincelles, on dit qu’un écu est étincelant.

F

Failli.

Se dit des chevrons rompus.

Fasce

On désigne par ce mot une des pièces honorable de l’écu qui en occupa le milieu d’un côté à l’autre en forme de règle, et dont la largeur est le tiers de celle de l’écu. On nomme fascé un écu chargé de fasces égales en largeur et en nombre pair.

Faux.

Se dit des armoiries qui ont métal sur métal ou, couleur sur couleur.

Fier.

Se dit du lion hérissé.

Fierté.

Se dit des baleines dont on voit les dents.

Figuré.

Se dit du soleil représentant l’image d’une figure humaine: il se dit aussi des tourteaux, des besans, etc. quand ils offrent cette figure.

Flanqué.

Se dit des pals, des arbres et de tous les objets qui ont d’autres figures à leurs côtés. Les pals d’Aragon, dans les armoiries de Sicile; sont flanqués de deux aigles.

Fleuré.

Se dit des bandes, bordures, orles, trécheurs et d’autres pièces dont les bords sont ornés de fleurs ou de trèfles.

Fleuri.

Se dit des rosiers, etc., quand ils sont chargés de fleurs.

Florencé.

Se dit d’une croix dont les extrémités se terminent en fleurs-de-lis.

Flottant.

Se dit des vaisseaux et des poissons sur les eaux.

Forcené.

Se dit d’un cheval effaré.

Frangé.

Se dit des gonfanons qui ont des franges : on doit en spécifier l’émail.

Freté.

Se dit de l’écu et des pièces principales couvertes de bâtons croisés en sautoir, qui laissent des espaces vides et égaux, en forme de losanges.

Fruité.

Se dit d’un arbre chargé de fruits.

Feuillé.

Se dit de toute plante qui a ses feuilles.

Furieux.

Se dit d’un taureau élevé sur ses pieds.

Fuselé.

Se dit d’une pièce chargée de fusées.

Futé.

Se dit d’un arbre dont le tronc est d’une couleur différente de celle des branches, et d’une lance ou d’une pique dont le bois est d’autre émail que le fer.

G

Gai.

Se dit d’un cheval nu, sans harnois.

Garni.

Ce mot se dit d’une épée dont la garde ou la poignée est d’autre émail.

Gironné.

Se dit d’un écu divisé en six, huit ou dix parties triangulaires, dont les pointes ?unissent au centre de l’écu,

Givre.

Se dit d’une espèce de serpent qui tient dans sa gueule un enfant, dont on voit les bras et la tête. (Les vicomtes, ducs de Milan portaient un givre dans leurs armoiries.)

Gorgé.

Se dit de la gorge et du cou du cygne, du paon. etc., quand ils sont d’autre émail.

Griffon.

Cet animal est, moitié aigle et moitié lion. Les chanoines, comtes de Lyon, portaient dans leurs armoiries un lion et un griffon affrontés, pour désigner leurs deux juridictions: la temporelle et la spirituelle. Le lion, portant une couronne de comte, marquait leur dignité de comtes; le griffon désignait les deux parties de cette ville, dont une cité était de l’empire qui a l’aigle pour symbole, et l’autre du royaume de France, dont les anciens comtes, qui l’étaient aussi du Forez, avaient un lion pour armoiries.

Grilles.

Se dit des barreaux qui sont à la visière d’un heaume ou casque, pour garantir les yeux du chevalier contre les coups de son ennemi.

Grilleté.

Se dit des oiseaux de proie qui ont des sonnettes aux pieds.

Gringolé.

Se dit des croix, sautoirs, fers de moulin, etc. qui se terminent en têtes de serpent.

H

Haussé.

Se dit du, chevron et de la fasce quand ils sont plus hauts que dans leur situation ordinaire.

Haut.

Se dit de l’épée droite.

Hérissonné.

Se dit d’un chat accroupi et ramassé.

Herse.

On désigne par ce mot une espèce de grille ou de treillis à grosses pointes de bois ou de fer, qui se place ordinairement entre le, pont-levis et la porte d’une ville ou d’un château, pour en défendre l’entrée, et qui s’élève on s’abat à volonté. Une porte est hersée quand sa herse est abattue.

Issant.

Se dit des lions, des aigles et d’autres animaux dont il ne parait que la tête avec une petite partie du corps.

J

Jumelles.

Se dit de deux petites fasces, bandes, barres, etc., parallèles, qui n’ont en largeur que le tiers de leur longueur ordinaire.

Jumellé.

Se dit d’un sautoir et d’un chevron de deux jumelles.

L

Lambel.

On désigne par ce mot une certaine brisure dont les puînés chargent en chef les armes pleines de leur maison.

Lampassé.

Se dit du lion dont la langue sort.

Lambrequins.

On désigne par ce mot les ornements qui pendent du casque autour de l’écu.

Langué.

Se dit des aigles dont la langue sort, et est d’un antre émail que le corps.

Léopardé.

On se sert de cette expression en parlant d’un lion représenté vu de face, et sans avoir les pattes de devant dans une situation différente de celles de derrière on le nomme aussi lion passant.

Levé.

Se dit de l’ours en pied.

Lié.

Se dit des choses attachées ensemble.

Lionné.

Ce mot se dit du léopard quand il est représenté ayant les pattes de devant élevées, comme l’on représente ordinairement les lions.

Losange.

On désigne par ce mot une figure à quatre côtés égaux, ayant deux angles aigus et deux angles obtus. Quand le champ de l’écu est divisé en plusieurs losanges de deux émaux différents, on dit qu’il est losangé.

Lunels.

Ce mot se dit de quatre croissants appointés, comme s’ils formaient une rose à quatre feuilles.

L’un sur l’autre.

Se dit des animaux et de tous les objets dont l’un est posé et étendu au dessus de l’autre.

M

Macle.

Est une espère de losange percée à jour par le milieu.

Mal-ordonné.

Se dit de trois pièces, dont une est en chef et les deux autres parallèles en pointes.

Mantelé.

Se dit du lion et d’autres animaux qui ont un mantelet.

Marché.

Ce mot s’employait anciennement pour désigner la corne du pied des vaches.

Mariné.

Se dit des lions et d’autres animaux qui ont queue de poisson, comme la sirène.

Masqué.

Se dit d’un lion qui a un masque.

Massonné.

Se dit des traits des tours, pans de murs, châteaux et autres bâtiments.

Massacre.

Se dit d’une tête de cerf avec son bois, mais décharnée.

Membré.

Se dit des cuisses et des jambes des aigles et autres oiseaux.

Merlette.

Se dit d’un petit oiseau n’ayant ni pieds ni bec.

Miraillé.

Se dit des ailes des papillons.

Monstrueux.

Se dit des animaux qui ont face humaine.

Montant.

Se dit des écrevisses, croissants et autres pièces qui sont dressées vers le chef de l’écu il est opposé à versé.

Monté.

Se dit du lion et astres animaux sans dents, bec, langue, griffes et queue.

Moucheté.

Se dit de toutes les pièces chargées de mouchetures d’hermine.

Mouvant.

Se dit des pièces attenantes au chef, aux angles, aux flancs ou la pointe de l’écu, dont elles semblent sortir.

Mi-parti.

Se dit de l’écu qui, étant coupé, est parti seulement dans l’une de ses parties.

N

Naissant.

Se dit d’un animal qui ne montre que la tête sortant de l’extrémité du chef ou da dessus de la fasce, ou du second coupé.

Naturel.

Se dit des animaux, fleurs et fruits représentés comme ils sont naturellement.

Nébulé.

Se dit des pièces faites en forme de nuées.

Nervé.

Se dit de la fougère et autres feuilles, herbes, dont les nerfs, les fibres sont d’un autre émail que celui du corps de la plante.

Nouée.

Se dit de la queue d’un lion, lorsqu’elle a des noeuds en forme de houppe: il se dit aussi des pièces qui sont entourées d’un lien d’un autre émail.

Nourri.

Se dit du pied des plantes qui ne montrent point de racines, et des fleurs-de-lis dont la pointe d’en bas ne parait pas.

O

Ombré.

Se dit des figures tracées en noir et ombrées pour les faire mieux distinguer.

Ombres.

Se dit du soleil, quand il n’a pas une figure humaine.

Ondé.

Se dit des fasces, pals, chevrons et autres pièces un peu tortillées à ondes.

Onglé.

Se dit des animaux dont les ongles sont d’un autre émail.

Oreillé.

Se dit des poissons dont les oreilles paraissent.

Otelles.

On donne ce nom à des bouts de fer de lance, dont l’écu est quelquefois chargé.

Ouvert.

Se dit des portes, châteaux, tours, etc.

P

Paillé.

Signifie la même chose que diapré.

Paissant.

Se dit des vaches, brebis, etc., qui ont la tête baissée pour paître.

Pallissé.

Se dit des pièces à pals, ou fasces aiguisées, enclavées les unes dans les autres.

Pallé.

Se dit de l’écu et des figures chargées de pals.

Pâmé.

Se dit d’un poisson qui a la gueule béante.

Pannes.

Se dit des fourrures, parce qu’elles étaient cousues aux étoffes des habits: assutae pannis.

Panneton.

Se dit pour désigner la partie d’une clé qui entre dans la serrure.

Parti.

Se dit de l’écu, animaux, et autres pièces divisées, de haut en bas, en deux parties égales: il se dit aussi du chef des aigles à deux têtes.

Passant.

Se dit des animaux qui semblent marcher.

Pattée.

Se dit des croix dont les extrémités s’élargissent en forme de pâte étendue.

Peautré.

Se dit des poissons dont la queue est d’un émail différent de celui du corps.

Pendants.

Se dit des parties qui pendent au lambel, au nombre de trois, quatre, cinq, six au plus: on les spécifie en blasonnant.

Percée.

Se dit des pièces ouvertes à jour.

Perché.

Se dit des oiseaux qui sont sur une perche ou sur une branche.

Péri.

On dit péri en bande, en croix, en sautoir lorsque les pièces filacées en corde, etc. sont posées de façon qu’elles ne touchent d’aucun côté aux extrémités de l’écu.

Pignoné.

Se dit de ce qui s’élève, en forme d’escalier, de part et d’autre, pyramidalement.

Plein.

On dit que des armes sont pleines quand elles sont sans écartelures et sans brisures.

Plié.

Se dit des oiseaux quand ils n’étendent pas les ailes, particulièrement des aigles qu’on dit alors au vol plié.

Plumeté.

Signifie la même chose que moucheté ou papeloné.

Pommetée.

Se dit d’une croix dont les extrémités sont ornées de petites boules en ferme de pommes.

Posé.

Se dit du lion arrêté sur ses quatre pieds.

Potencé.

Se dit des pièces terminées en T.

R

Raccourci.

Se dit des pièces retraites, accourcies dans leurs extrémités, et qui ne touchent pas les bords de l’écu: ce mot a la même signification qu’alezé.

Rais.

C’est le nom qu’on donne aux pointes qui sortent d’une étoile en forte de rayons. Régulièrement les étoiles ont six rais; quand elles en ont plus ou moins, on doit en marquer le nombre en blasonnant.

Ramé.

Ce mot signifie la même chose que chevillé, en parlant du bois d’un cerf, d’en daim, etc.

Rampant.

On dit lion rampant pour dire un lion qui est représenté montant: il est opposé à lion passant.

Rangé.

Se dit de plusieurs pièces mises sur une même ligne, en chef, en fasce ou en bande.

Ravissent.

Se dit d’un loup empattant sa proie.

Rayonnant.

Se dit du soleil et des étoiles.

Recercelé.

Se dit des croix ancrées, tournées. en cerceaux.

Recoupé.

Se dit des écus mi-coupés, et recoupés un peu plus bas.

Recroiseté.

Se dit des croix dent les branches forment d’autres croix.

Rempli.

Se dit des écussons vidés et remplis d’autre émail.

Rencontre.

Se dit d’un animal qui se présente de front, et dont on voit les deux yeux. (Ce mot est masculin.)

Recerselé.

Se dit des croix qui ont une autre conduite en filet d’autre émail.

Retrait.

Se dit des bandes, pals et fasces qui, de l’un de leurs côtés seulement, ne touchent pas les bords de l’écu.

Rompu.

Se dit des chevrons dont ta pointe d’en haut est coupée.

Rouant.

Se dit du paon qui étend sa queue.

Rustre.

Se dit d’une losange percée en rond autrefois on désignait par ce mot une espèce de lance.

S

Saillant.

Se dit d’une chèvre, mouton ou bélier en pied.

Sanglé.

Se dit du cheval, des pourceaux, des sangliers qui ont autour du corps une espèce de ceinture d’autre émail.

Sautoir.

Se dit d’une pièce de l’écu qui ressemble à une croix de Saint-André. Derrière l’écu des maréchaux de France, il y a deux bâtons fleurdelisée passés en sautoir. Le connétable portait e au bas de son écusson, deux épées en sautoir.

Semé.

Se dit des pièces dont l’écu est chargé, et qui sont tellement répandues sur toute sa surface, que vers les bords. Elles ne sont point entières.

Sénestre.

Se dit des pièces qui en ont d’autres à leur gauche.

Senestrochères.

Se dit du bras gauche représenté dans un écu.

Sommé.

Se dit d’une pièce qui en a une autre au dessus d’elle.

Soutenu.

Se dit d’une pièce qui en a une autre au dessous d’elle. C’est le contraire de sommé.

Sur le tout.

Se dit d’un écusson qui est sur le milieu d’une écartelure des pièces qui brochent sur les autres.

Sur le tout du tout.

Se dit d’un écusson qui est sur l’écarteluré d’un autre écusson qui est déjà sur le tout.

Surmonté.

A la même signification que sommé.

T

Taillé.

Se dit d’un écu divisé en deux parties égales par mie ligne diagonale, tirée de gauche à droite.

Tau.

Se dit d’une croix dont on a retranché la partie qui est au dessus de la traverse.

Terrassé.

Se dit de la pointe d’un écu occupé par de la terre couverte d’herbes.

Tiercé.

Se dit d’un écu divisé en trois parties, en long, en large diagonalement, ou en mantel.

Tigé.

Se dit des arbres et des plantes dont la tige est d’un émail différent.

Timbré.

Se dit de l’écu couvert du casque ou timbre.

Tortil.

Se dit du linge qui est autour d’une tête de Maure.

Tortillant.

Se dit du givre, ou serpent.

Tourteaux.

Se dit des pièces rondes et plates, pleines et de couleur (en quoi ils diffèrent des besants, qui sont de métal).

Tranché.

Se dit de l’écu divisé en deux parties égales par une ligne diagonale, tirée de droite à gauche.

Treillissé.

C’est la même chose que fretté; mais plus serré,

Trois, deux, un.

Se dit de six pièces, dont trois sont en chef sur une ligne, deux au milieu et une à la pointe de l’écu.

V

Vair.

On se sert de ce mot pour désigner un émail composé de petites pièces égales, d’or et d’argent, rangées alternativement, et disposées de telle sorte que la pointe des pièces d’azur est opposée à la pointe des pièces d’argent: il en est de même pour la base. Un écu chargé de vairs se nomme vairé.

Vergeté.

Se dit de l’écu chargé de la figure X, depuis dix et au delà.

Versé.

Se dit quelque fois des pièces renversées, comme le chevron, le croissant: il se dit plus particulièrement du gland du chêne, quand il est dans sa calotte.

Vêtu.

Se dit de l’écu chargé d’un losange, qui touche les quatre flancs de l’écu.

Vires.

Se dit de plusieurs anneaux concentriques.

Virolé.

Se dit des cornes, hochets, trompes, etc., qui portent des boucles ou anneaux d’un autre émail.

Vivré.

Se dit des bandes, fasces, pals, etc., à replis carrés.

Vol.

On désigne ordinairement par ce mot deux ailes d’oiseau, élevées et jointes ensemble par le bas.

Vidé.

Se dit des croix et autres pièces ouvertes, au travers desquelles on voit le champ de l’écu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *