Cours abrégé de blason (1824)

Der vollständige Titel des Werkes ist:

Cours abrégé de blason, suivi d’une notice détaillée sur les ordres de chevalerie, à l’usage des maisons d’éducation.

Das Buch möchte ein Lehrbuch für schulische Zwecke sein und ist eine Zusammenstellung einiger heraldischer Beiträge aus den drei Bereichen, Wappenkunst, -kunde und sogar Wappenrecht! Es besteht aus:

  • einer eigenwilligen Einleitung,
  • einer Kurzeinführung in die Blasonierung,
  • einem Wörterbuch
  • einer seinerseits beim révérend père MENESTRIER abgeschriebenen wappenrechtlichen Dissertation aus dem Jahre 1750 über das Wappen des Herzogs von Burgund,
  • einer (alphabetischen!) Liste von Wappenbeschreibungen der Wappen französischer Familien, Städte und Provinzen,
  • ein paar Worten über die vermeintliche Geschichte und die Insignien einiger Ritterorden,
  • und zu guter letzt, wie sich das für ein Schulbuch gehört, ein paar Übungen (ohne Lösungen!).

Uns interessieren in diesem Zusammenhang nur Martins Einführung in die Heraldik und sein Lexikon der heraldischen Begriffe, das er Table alphabétique des termes du blason nennt.

Bislang umgesetzt:

Katalogangaben zum Buch

nachzulesen auf: http://catalog.hathitrust.org/Record/009725484

Main Author: Martin, Joseph.
Language: French
Published: Paris, Chez Pillet ainé, 1824.
Physical Description: viii, 239 p. plates.

Vorwort von 1824

Welches in der von mir zunächst gefundenen Ausgabe von 1842, also nach der Junirevolution, nicht nicht mehr auftaucht:

COURS ABRÉGÉ DE BLASON,
suivi d’une notice détaillée SUR LES ORDRES DE CHEVALERIE, à l’usage des maisons d’éducation.
PAR Joseph MARTIN,
Docteur ès-lettres, pensionnaire de l’Université, auteur d’un Cours abrégé de Géographie ancienne et moderne, adopté par le conseil royal de l’instruction publique, etc.;
AVEC CINQ PLANCHES DE FIGURES.
A PARIS,
CHEZ PILLET AINÉ, IMPRIMEUR-LIBRAIRE,
Editeur de la Collect. des Mots françaises, anglaises et italiennes,
RUE CHRISTINE, N° 5.
l824.
AVERTISSEMENT.
Nous avons cru rendre un service important à la jeunesse studieuse en lui faisant connaître une méthode simple et facile, à l’aide de laquelle elle puisse acquérir en peu de temps, et pour ainsi dire en s’amusant, toutes les connaissances concernant le Blason, qui lui sont indispensables pour comprendre les savantes productions des peintres, des sculpteurs, et pour lire l’histoire avec fruit. La connaissance du Blason est aussi nécessaire que celle de la mythologie ; mais elle est d’une utilité bien plus grande et bien plus générale.
On ne peut entrer dans les temples du Seigneur, dans les demeures royales de notre auguste souverain , dans les palais de nos princes, dans le sanctuaire des muses, sans être convaincu que ce n’est qu’à l’aide des connaissances héraldiques qu’on peut reconnaître les grands personnages des siècles passes, assigner à chaque événement mémorable l’époque et le lieu qu’il occupe dans l’histoire.
Quel moment plus opportun pourrait-on choisir pour s’occuper de l’étude de cette science, que celui où l’Europe entière s’empresse de rétablir avec pompe et solennité des usages que leur haute antiquité aurait dû rendre sacrés, mais qui n’ont pu trouver grâce devant le stupide et féroce vandalisme! Quelle lacune immense cette science doit remplir! que de souvenirs précieux elle doit transmettre à la postérité! que de faits importants elle doit rétablir, en les groupant en trophées symboliques!
Cet ouvrage ( ou, pour parler plus exactement, cette compilation abrégée de tout ce qu’on a écrit sur cette matière) comprend deux parties : la première traite de tout ce qui a rapport aux armoiries, et la seconde fait connaître l’époque, les motifs de l’institution des principaux ordres de chevalerie, et les décorations des personnes qui en sont revêtues.
Convaincus, par une longue expérience, que ce qui s’offre aux regards de l’élève frappe bien plus vivement son esprit, et s’y grave d’une manière bien plus durable que par de simples définitions , quelque exactes qu’elles puissent être, nous avons joint à cette compilation cinq planches de figures. En y jetant un simple coup d’œil, l’élève saisira bien plus promptement ce que c’est qu’une croix alésée, potencée, ancrée, câblée, gringolée, pommetée, échiquetée, tréjlée, perronnée, givrée, etc., que si l’on s’était contenté d’une simple description en termes techniques. Puissions-nous avoir atteint le but que nous nous sommes constamment proposé en consacrant à l’instruction de la jeunesse nos heures de loisir! Puissions-nous avoir contribué pour quelque chose
à lui rendre l’étude agréable et facile!
c’est notre unique désir.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *