Quirini ou Quiriny – variante

Armes:


Écartelé, aux I et IV un crâne, au II une tête et col de boeuf , au III une anille,

avec comme

Cimier:

Panifie

Sources du Dr. Loutsch:

(Arch. Lux. Sect. Hist., Archives Cobreville)

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 658

Loutsch folgte R.de B. und gab eine offizielle Version des Wappens Quiriny an, erwähnte aber in seinen Bemerkungen, dass der Anwalt Quirini aber auch schon mal einen Stempel mit dem vorliegenden Wappen benutzt hatte.

Das hätte nicht unbedingt was zu bedeuten, denn es war üblich auch die Stempel von anderen zu nehmen, etwa den seines Schwagers Francq (au griffon), bei dem wir dann auch wissen, um wen es sich gehandelt hat. So bleibt es denkbar, dass dies doch das Wappen Quirini war.

Teile dieses Wappens (der Rinderkopf in II und die Anille in III) erinnern mich an das Wappen du Mesnil.

Cicignon – variante

Armes:


‘argent à trois têtes et cols de canard d’azur, becquées d’or.

Sources du Dr. Loutsch:

(D.R./K./N./Cette version n’est certainement due qu’à une erreur de graveur, dessinateur ou scuplteur, les têtes de cygne étant trop évidemment un jeu de mots sur le nom).
Famille fixée au Luxembourg depuis le XVIe siècle, peut-être d’origine lorraine.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 290

Saint-Hubert

Armes:


D’azur au tête et col de cerf d’or surmontés d’une croix du même.

Sources du Dr. Loutsch:

(R./Paul de Saint-Hubert: op. cit. infra).

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 695

Baldauff ou Waldauf, Florian

Armes:


écartelé au 1 et 4 de gueules à deux têtes et cols de dragon entrelacées d’argent, 2 et 3 de sable à deux fasces vivrées d’argent.

Deux casques couronnés.

Cimier:

  1. Deux têtes et cols de dragon entrelacés d’argent couronnés d’or.
  2. Un demi-vol de sable à 2 fasces vivrées d’argent.

Sources du Dr. Loutsch:

(Ex-libris de Florian Baldauff ou Waldauf, 1517, gravé par Albert Dürer/Ex-libris de la Fondation Baldauff, collection de l’auteur Grilles en fer forgé et peintures de l’église de Hall en Tyrol.)
Ancienne famille tyrolienne dont une branche a émigré au 18e siècle au Luxembourg. Les premières armes citées sont en somme les armes de cette famille. Les armes du chevalier Florian Baldauff trouvent leur place ici, parce qu’elles ont été utilisées en cachet par certains membres de la famille Baldauff luxembourgeoise. D’autres branches ont été anoblies en Autriche avec des armoiries diverses. (Voir les armoriaux autrichiens et tyroliens.)

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 204

Thevenin

Armes:


Trois têtes et cols de griffon.

Sources du Dr. Loutsch:

(Arch. Arlon, Dénombrements/T. III, P. 91, qui décrit erronément trois tètes d’aigle).

Cachet de Jean-Baptiste Thevenin, officier résidant à Montmédy, dénombrement de ses biens sis à Gomery, 9-XII-1758.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 759

Bolsingen

Armes:


De…. à une tête et col de héron.

Sources du Dr. Loutsch:

(S.A.R. IV, P. 394/Reinach 2240, 2245 et 2796).
Sceaux de Robert de Bolsingen, échevin de Thionville 1493, ainsi que de son homonyme, sous-prévôt de Thionville 5-XII-1541. Famille scabinale de Thionville.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 247