Bastogne (B)

Brochant sur un parti cousu de gueules et d'azur, la Sainte Vierge avec l'enfant Jésus, de carnation, vêtus d'or et ceints d'une couronne ä trois fleurons du même, la Vierge tenant à senestre un sceptre fleurdelisé aussi d'or.

Brochant sur un parti cousu de gueules et d’azur, la Sainte Vierge avec l’enfant Jésus, de carnation, vêtus d’or et ceints d’une couronne ä trois fleurons du même, la Vierge tenant à senestre un sceptre fleurdelisé aussi d’or.

L’écu sommé d’une couronne à cinq fleurons d’or.

Brochant sur un parti cousu de gueules et d'azur, la Sainte Vierge avec l'enfant Jésus, de carnation, vêtus d'or et ceints d'une couronne ä trois fleurons du même, la Vierge tenant à senestre un sceptre fleurdelisé aussi d'or.

Vischer – Variante

Écartelé: aux I et IV d'or à une sirène de carnation cantonnée d'or, tenant un miroir et un peigne au naturel, celle du I contournée, aux II et III d'argent au dauphin d'azur, la queue en haut, nageant sur une mer d'argent, le dauphin du III contourné.

Armes:


Écartelé: aux I et IV d’or à une sirène de carnation cantonnée d’or, tenant un miroir et un peigne au naturel, celle du I contournée, aux II et III d’argent au dauphin d’azur, la queue en haut, nageant sur une mer d’argent, le dauphin du III contourné.

Casque couronné.

Cimier:

La sirène du IV.

Sources du Dr. Loutsch:

(R.).
Les armes décrites (sans émaux) par B., sont celles portées par Pierre de Vischer, chevalier, conseiller de courte robe à Luxembourg en 1612, dont la fille épousa Ferdinand d’Arimont. Il appartenait sans doute à la famille allemande citée par R. et dont nous donnons les armes en variante.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 796

Écartelé: aux I et IV d'or à une sirène de carnation cantonnée d'or, tenant un miroir et un peigne au naturel, celle du I contournée, aux II et III d'argent au dauphin d'azur, la queue en haut, nageant sur une mer d'argent, le dauphin du III contourné.

Vauthier

Armes:


d’azur à l’écusson d’argent chargé d’un lion de gueules, accompagné à dextre d’une main de carnation (vêtue, mouvant du flanc) tenant une branche de laurier montant et passant en fasce au-dessus de l’écusson, sur laquelle est perchée une merlette au point du chef, le tout de sinople, accompagné à sénestre d’une étoile d’or, et en pointe de deux épées d’argent garnies d’or, en sautoir, les pointes en bas.

Cimier:

Le lion de l’écu, issant .

Devise:

  • RESPICE FINEM.
  • Ou: FORTITER ET CAUPE.

Sources du Dr. Loutsch:

( K. /N. /Arch. Lux. Sect. Hist. VI, liasse 354, correspondance: cachet de N. de Vauthier, habitant Laroche, 6-XII-1745).
Famille d’Orchimont. Voir Marcel Bourguignon: Les derniers prévôts d’Orchimont, Annales d’Arlon, t. XCVII, 1966. Le 13 septembre 1817 reconnaissance de noblesse à Antoine-Joseph Nepomucène de Vauthier de Baillamont, inscrit dans l’Ordre Équestre de Namur, avec titre personnel de baron, et à André-Joseph-Allard de Vauthier de Baillamont, inscrit dans l’Ordre Équestre du Luxembourg.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 782

Marie

Armes:


Écartelé: au I de gueules à une fasce d’argent, au chef du même, au II d’or à un buste habillé de femme, de carnation les bras étendus, mais liés au coude, au III d’or à une couronne fleuronnée de …, au IV de sable à trois étoiles d’or.

Sources du Dr. Loutsch:

(N.).
Famille qui serait originaire de Bourgogne, fixée au Luxembourg depuis la fin du XVIIIe siècle. Voir Biographie Nationale, Fasc. XIX, P. 271.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 554