Busleyden – variante

Armes:


Le bouc sautillant, la tige du trèfle issant du bord sénestre.

Sources du Dr. Loutsch:

(Arch. Arlon, Guirsch).
Sceaux de Jean de Busleyden, échevin d’Arlon, du 26-XI-1421,

Il est intéressant de noter la similitude de ces armes avec celles des Bock et des Housman. Communauté d’origine? En tout cas elles sont fort différentes de celles portées plus tard par la famille de Busleyden.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 274

Variante dieses Wappens

Tynner – variante

Armes:


D’or au bouc de gueules passant sur une terrasse de sinople.

Cimier:

Une tête et col de bouc de gueules.

Sources du Dr. Loutsch:

(Ancien Siebmacher, édition 1699 R./ O.H. 1913, p.18).

Il est indiscutable que la branche luxembourgeoise a porté un cerf, et non pas un bouc comme la branche allemande. Famille ayant possédé la seigneurie de Hollenfels au début du XVIIe siècle. Voir O.H. 1913, P. 18 et 1931, P. 504.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 774

Gerden

Armes:


Un bouc.

Cimier:

Le bouc, issant.

Sources du Dr. Loutsch:

(Arch. Arlon, Dénombrements).

Cachet de François-Chrétien Gerden, attestation du 4 avril 1764. Le président Gerden avait donc adopté les armes des Bock, dont il descendait par sa mère. Je ne saurais affirmer qu’il avait conservé les mêmes émaux. Il existe bien aux Arch. Lux. Régistrature du Cons. Prov., XIII, 58, une déclaration concernant la noblesse du Président du Conseil Gerden: Certificat du héraut d’armes Jaerens et autres qui déclarent que par ses fonctions le président et ses descendants doivent être considérés comme nobles, mais sans indication d’armoiries. Voir OH. 1923, P. 391,

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 384

Neander, Marie-Sophie-Marguerite de

Armes:


Écartelé: aux I et IV d’argent à la bande d’azur chargé de trois étoiles à six rais d’or, aux II et III d’argent au bouc rampant de sable.

Sources du Dr. Loutsch:

(Arch. Lux. not. Kleber 11-VI-1761).
Armes telles qu’elles furent portées par Marie-Sophie-Marguerite de Neander (cachet) épouse de Nicolas-Martin de Dhaem (1715-1759), fille de jean-Georges, qui précède. D’après Jules Vannérus et J./R. de Terwagne (Histoire de la famille Plissart, Recueil du «Parchemin», 1972, P. 130) ces dernières armes seraient celles accordées en 1721 lors de l’anoblissement.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 605

Neander

Armes:


Coupé, en chef d’argent au bouc courant de sable, en pointe d’azur à trois étoiles à six rais d’or.

Cimier:

Deux cornes de bouc de sable.

Sources du Dr. Loutsch:

(Nouveau Siebmacher, X, Bürgerliche Wappen,vol. IX Bibl. Municipale de Trèves: Stadttrierisches Wappenbuch, Ms. no 700, fol. 9).
Famille dont le premier nom, d’après Maurice Lang, aurait été Neuman. Ici ce sont les armes anciennes telles qu’elles furent portées par Jean Nicolas Neander, maître boucher à Trèves en 1684.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 605

Buck

Armes:


D’argent à un arbre de sinople, sénestré d’un bouc au naturel rampant contre le fût de l’arbre, le tout soutenu d’une terrasse de sinople.

Sources du Dr. Loutsch:

(Tradition familiale, bagues armoriées.)

Famille d’imprimeurs bien connue de Luxembourg, y fixée depuis le XVIIIe siècle, originaire de Souabe.

L’origine des armes n’est pas connue, mais elles sont utilisées dans la famille depuis plus d’un siècle au moins.

Voir Jules Mersch: La famille Buck, Biographie Nationale, 4e fascicule, 1952, P. 581.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 271

Bock

Armes:


De gueules au bouc d’argent, les cornes en arrière, la gueule ouverte, aux sabots de sable, et prêt à sauter.

Casque couronné d’or.

Cimier:

le bouc issant.

Sources du Dr. Loutsch:

(Vienne/Arch. Lux. Sect. Hist., Familles: Bock, texte des patentes/D.P.).

  • Anoblissement par lettres-patentes de Charles-Quint du 9 novembre 1532 pour Valentin Bock, échevin d’Arlon.
  • Certifié par le justicier et les échevins d’Arlon par acte authentique du 23 jan-vier 1616 (Bibl. Nat. Paris, Pièces originales 377).
  • Confirmation en Lorraine par lettres du 17 juin 1617 pour Jean Bock, habitant de Sierck, natif d’Arlon.

Famille échevinale d’Arlon, très répandue, seule une branche fut anoblie. Voir O.H. 1917, P. 370.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 243