Souroux

Armes:


Écartelé: aux I et IV une bande, aux II et III une rose.

Cimier:

La rose.

Sources du Dr. Loutsch:

(Arch. Arlon, Guirsch: Cachet de Thomas Souroux, justicier d’Arlon, 11-IX-1679/Arch. Lux. not. Brosius, 1782, no 61: Cachet de Jeanne Souroux, veuve de feu Henri Coquillart, en son vivant gruyer et receveur des domaines de S.M. à Virton et St. Mard, 1-XII-1773).

Famille échevinale d’Arlon au XVIIe siècle, plus tard maîtres de forge à Rodange.

Les armes décrites par M.W. n’ont donc rien à voir avec cette famille. La source qu’il cite, Diderrich, O.H. 1914, pp. 175 et 303, donne une description de plaque de foyer à deux écus acollés, le premier étant certainement Labbaye, et l’auteur supposant le deuxième comme étant Souroux, parce qu’à cette époque vivait Marie-Gabrielle Souroux, épouse de Guillaume Labbaye, chirurgien (et non pas médecin, comme le dit M.W.). Mais il n’était pas le seul Labbaye, ni à Luxembourg, ni ailleurs, et cette attribution est donc erronée.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 739

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.