animaux

Substantiv, maskulin
In der Einzahl: l’animal.

Beschreibung

Die Tiere sind die bedeutendste Gruppe der natürlichen Figuren. Das Wort “animal” oder “animaux” selber kommt in den Original Wappenbeschreibungen nicht vor, hier gibt man einfach das verwendete Tier an: Löwe [lion], Bär [ours] etc. Was anderes ist es, wenn der Heraldiker eine Blasonierung eines unbekannten Wappens erstellen soll, von dem ihm nur ein Bild vorliegt, z.B. ein Stempelabdruck oder eine Skulptur und er das Tier nicht (eindeutig) identifizieren kann.

Einige Beispiele

Bezeichnung in verschiedenen Sprachen

Französisch Animaux, bêtes
Deutsch Tiere
Englisch Animals
Italienisch Animali, bestias
Lateinisch
Spanisch bestias

Siehe auch Rolland et Bender (1903).

Einordung

figure / meuble / figure naturelle / animaux

Darstellung

Siehe die jeweiligen Tiere.

Häufige Attribute

  • Accorné.
  • Accroupi.
  • Affronté.
  • Ailé.
  • Allumé.
  • ameuté.
  • Animé.
  • Armé.
  • Arrêté.
  • Assis.
  • Bâillonné.
  • Barbé.
  • Bardé.
  • Buqué.
  • Chat-huant.
  • Chevillé.
  • Clariné.
  • Colleté.
  • Contre-issant.
  • Contre-passant.
  • Couplé.
  • Courant.
  • Couronné.
  • Coutre-rampant.
  • Crêté.
  • Démembré.
  • Denté.
  • Diadèmé.
  • Diffamé.
  • Dragonné.
  • Écaillé.
  • Écorché.
  • Effaré.
  • Effrayé.
  • Élancé..
  • Emmuselé.
  • Entravaillé.
  • Éployé.
  • Essorant.
  • Éviré.
  • Fierté.
  • Forcené.
  • Furieux.
  • Gai.
  • Gorgé.
  • Grilletté.
  • Gringolé.
  • Hérissonné.
  • Houssé.
  • Issant.
  • Lampassé.
  • Langué.
  • Léopardé.
  • Levé.
  • Lioné.
  • Loré.
  • Mantelé.
  • Marchant.
  • Mariné.
  • Masqué.
  • Membré.
  • Miraillé.
  • Monstrueux.
  • Naissant.
  • Nervé.
  • Noué.
  • Onglé.
  • Oreillé.
  • Paissant.
  • Pamé.
  • Parti.
  • Passant.
  • Peatilré.
  • Perché.
  • Piété.
  • Plié.
  • Posé.
  • Saillant.
  • Sanglé.
  • Sellé.

Beschreibung durch klassische Heraldiker in französischer Sprache

Michel Pastoureau (1947-)

schrieb in der 5. Auflage (2008) des 1979 in Paris erschienenem Traité d’héraldique

On peut estimer qu’entre 1250 et 1500, presque tous les animaux ont pris place dans les armoiries figurées sur les sceaux. Voici, à titre d’exemple, la liste de ceux que l’on trouve sur les quelque 8600 sceaux armoriés des xive et xve siècles recensés par G. Demay, Inventaire des sceaux de la collection Clairambault à la Bibliothèque nationale, Paris, 1885-1886, 2 vol. : abeille, agneau, aigle, alérion, âne, bar, bélier, bœuf, bouc, canard, canette, cerf, chabot, chapon, cheval, chat, chèvre, chien, chouette, colombe, coq, corbeau, cygne, dauphin, dragon, écureuil, épervier, écrevisse, faucon, griffon, guivre, grue, hareng, hérisson, héron, lapin, léopard, lévrier, licorne, limaçon, lézard, lion, loup, merlette, mouton, oie, oiseau, ours, perroquet, paon, perdrix, pélican, pie, poisson, porc, rat, renard, sanglier, singe, sirène, taureau, vache, veau.
Dans les armoriaux, qui en général ne recensent que des armes nobles, la liste des animaux héraldiques est moins longue. Voici ceux que l’on trouve dans l’Armorial de Gelre (vers 1370-1386), recueil qui constitue une bonne photographie de l’héraldique européenne à la fin du xive siècle : lion, merlette, aigle, léopard, bar, griffon, cerf, bouc, bélier, dragon, boeuf, ours, cygne, sanglier, coq, perroquet, renard, loup, dauphin, canette, chien, cheval, saumon, harpie, oie, poule, alérion, brebis, colombe, merle, panthère, licorne, veau, chèvre, brochet, corbeau, vache, âne, soit 38 animaux ici cités par ordre de fréquence.

Rietstap (1828-1891)

äusserte sich 1884 im Dictionnaire des termes du blason gar nicht zum Oberbegriff der Tiere und in der Einleitung zum Armorial Général beschränkte er sich darauf, sie unter die natürlichen Figuren einzureihen:

Les figures ordinaires subissent une division en figures:

  • naturelles: tout ce qui a été créé, hommes, animaux, plantes, astres, météores, éléments, etc:,
  • artificielles: tout ce qui a été fait de main d’homme;
  • chimériques: les monstres (..)

Simon de Boncourt (19. JH)

verstand 1885 in der Grammaire du blason unter den Tieren nur die Vierbeiner [quadrupèdes], beschäftigte sich dabei mit ihren Attributen, hauptsächlich den Tierstellungen und schrieb:

Les figures d’animaux regardent toujours la droite de l’écu: si, par exception, ils regardent la gauche, on les nomme contournés.
Une des figures d’animaux le plus fréquemment employées en blason, c’est le LION. On le représente le plus souvent rampant, c’est-à-dire la tête de profil et levé sur ses pieds de derrière: (…)
Toutes les dénominations précédentes peuvent s’appliquer aux autres animaux employés en blason.
Le LÉOPARD est plus rare que le lion.

Er erwähnt noch weitere Tiere: Le CHEVAL, BOEUF ou la VACHE, Le CERF, Le CHIEN, Le BÉLIER, l’AGNEAU, L’ÉLÉPHANT, und reiht dann, aus dem Nichts, die Schnecke und die Schlange unter die Vierbeiner ein, derweil er Vögeln und Fischen ein jeweils eigenes Kapitel gönnt:

On y représente aussi le SANGLIER, l’OURS, l’ÉCUREUIL ou ÉCURIEUX, le lapin ou connil, le LIMAÇON, le serpent qui se pose d’ordinaire en pal et ondée, et prend le nom de bisse, vivre, givre.

Henri Gourdon de Genouillac (1826 – 1898)

Die Stärke dieses Autors ist sein ausführliches Eingehen auf die unterschiedlichen Attribute, und Tiere können ganz besonders viele haben! Er
schrieb (1853) in seiner Grammaire héraldique, u.a. :

Parmi les animaux, les lions et les léopards sont les plus usités. Il est indispensable, en les blasonnant, d’indiquer exactement la position dans laquelle ils sont représentés.

  • Ils sont armés, lorsque leurs griffes sont représentées d’un émail différent de celui de leur corps.
  • Lampassés, lorsque leur langue sort et est d’un émail différent.
  • Mornés, lorsqu’ils n’ont ni ongles, ni langue, ni dents.
  • Diffamés, lorsqu’ils n’ont point de queue. Couronnés, lorsqu’ils ont une couronne sur la tête.

(…)=

Joseph Martin (19.JH)

schrieb 1824 in den termes du blason zu seinem Cours abrégé de blason:

Claude-François Ménestrier (1631-1705)

schrieb 1696 in der La nouvelle méthode raisonnée du blason

Clement Prinsault (15. JH)

schrieb im Traité de blason (15. JH)

Beschreibung in fremden Sprachen

Otto Titan von Hefner (1827-1870) [dt]

schrieb 1861 im Handbuch Der theoretischen und praktischen Heraldik -Teil 1 :

und 1863 im Teil 2

James Robinson Planché (1796–1880) [en]

schrieb 1885 im The pursuivant of arms (1852-59):

Häufigkeit in meiner Datenbank

Wird in Blasonierungen nur verwand, wenn das Tier nicht zu identifizieren ist.

[alphabetic|in detail|synoptic|cronologic|gallery]

Französisches Wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Meuble_h%C3%A9raldique
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_meubles_h%C3%A9raldiques
Deutsches Wikipedia
Armoiries-blason.org Animaux
Sonstiges

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.