parti

Nordrhein-Westfalen

Parti: Au I de sinople à la barre ondée d'argent. Au II de gueules au cheval rampant d'argent. Enté en pointe d'argent à la rose de gueules, boutonné et feuillé d'or.

Hauptstadt: Düsseldorf

Gegründet: 1949

Französische Blasonierung:

Armes:

Parti: Au I de sinople à la barre ondée d’argent. Au II de gueules au cheval rampant d’argent. Enté en pointe d’argent à la rose de gueules, boutonné et feuillé d’or.

Offizielle Wappenbeschreibung

am 10. März 1953 durch § 2 des Gesetzes über die Landesfarben, das Landeswappen und die Landesflagge[1] gesetzlich verankert.

Das Landeswappen zeigt in gespaltenem Schild vorne in grünem Feld einen linksschrägen silbernen Wellenbalken, hinten im roten Feld ein springendes silbernes Ross und unten in einer eingebogenen silbernen Spitze eine rote Rose mit goldenen Butzen und goldenen Kelchblättern.

Quelle:http://de.wikipedia.org/wiki/Wappen_Nordrhein-Westfalens

Parti: Au I de sinople à la barre ondée d'argent. Au II de gueules au cheval rampant d'argent. Enté en pointe d'argent à la rose de gueules, boutonné et feuillé d'or.

Billehé de Valensart

Armes:


Écartelé: aux I et IV d’argent à trois lions posés 2 – 1, le premier de gueules, le second de sable, le troisième d’azur (Valensart), aux II et III d’azur à la fasce d’or chargé d’une tête de more de sable tortillée d’argent, accompagnée de trois annelets d’or (Billehé). Sur le tout de Mewen, qui est Écartelé: a) et d) parti d’un burelé d’or et de gueules (Loos) et de gueules à deux bars adossés d’or, accompagnés de quatre (ou cinq) croix recroisettées au pied fiché du même (Chiny) b) et c) de gueules au lion d’argent couronné d’or (Heinsberg). Sur le tout du tout de sable à trois mouettes d’argent (Mewen ou Meeuven).

Deux casques, couronnés.

Cimier:

  1. Un renard issant et contourné d’or, tenant entre ses dents un coq de sable (Valensart).
  2. Une étoile d’or entre un vol à l’antique d’azur et d’or (Billehé).

Supports:

Deux griffons regardants d’or, armés et lampassés de gueules.

Devise:

QUI NON POTEST SPERARE DESPERET NIHIL.

Sources du Dr. Loutsch:

(N./R.)
Branche de la famille de Valensart qui reprit le nom et les armes de Billehé, comme il a été dit plus haut. Généalogie dans A.N.B. 1862.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 234