Armorial Loutsch 232

Beydaels

Armes:


D’azur à trois haches penchées d’argent.

Cimier:

Un bras au naturel brandissant une hache de l’écu.

Dévise:

CORDE ET OPERE.

Sources du Dr. Loutsch:

(R.)
Charles-Jean Beydaels, seigneur de Zittaert, lieutenant, premier roy d’armes, grand maître des cérémonies de la Cour (1747-1811) fut nommé héraut d’armes du Luxembourg, par patentes du 14 août 1769, charge qu’il occupa jusqu’en 1782. Famille d’origine flamande.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 232

Beyer de Boppart – depuis le XIVe siècle

Armes:


Écartelé: aux I et IV comme ci-dessus (d’argent au lion de sable, armé et lampassé de gueules, couronné d’or), aux II et III de gueules au sénestrochère paré d’une manche à sac d’argent à broderies d’or mouvant du flanc, tenant à la main une bague d’or chatonnée d’azur, le champ parsemé de croisettes recroisettées au pied fiché d’or, qui est de Loesenich.

Casque couronné.

Cimier:

Sources du Dr. Loutsch:

(B.C./C./ G./ N./R./Ruelle/des R.)
Famille d’ancienne chevalerie rhénane. Thierry Beyer de Boppart, de 1365 à 1381 prince-évêque de Metz, attira toute sa famille dans la région de cette ville, d’où de nombreuses alliances lorraines et luxembourgeoises.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 232

Beyer

Armes:


Écartelé: aux I et IV d’argent au lion de sable couronné d’or, armé et lampassé de gueules, la queue fourchue et passée en sautoir, aux II et III contre-écartelé en sautoir d’or au chapeau de sable, et de gueules au sautoir cliché, vidé et pommeté et formé en noeud d’amour d’or.

Cimier:

Une tête et col de lion de écu entre un vol d’argent.

Lambrequins:

Supports:

Deux lions d’or, armés et lampassées de gueules.

Sources du Dr. Loutsch:

(Arch. Lux. Régistrature Cons. Prov., vol. VII, P. 184/ H./N./R.)

Titre de baron concédé par l’Empereur Charles VI par lettres du 6-V-1725 à Jean-Frédéric de Beyer, Conseiller et receveur des aides et subsides de la ville de Luxembourg.

Cette famille, originaire de Sierck, semble bien être une branche de la famille précitée. Très enrichis par la banque, ils ont réussi à se faire octroyer des armes rappelant quelque peu celles des Beyer de Boppart, famille de grande chevalerie. Voir A.N.B. 1859.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 232

Beyer

Armes:


Un arbre arraché accosté à dextre d’un gland surmonté d’une étoile à six rais, à sénestre d’une étoile à six rais surmontée d’un gland.

Cimier:

Une des étoiles.

Sources du Dr. Loutsch:

(Arch. Arlon, Guirsch)
Sceau de Guillaume Beyer, échevin d’Arlon, 1644, 1656, etc. Famille échevinale d’Arlon au XVIIe siècle qui semble originaire d’Ottange (Moselle). Sur la très belle taque d’alliance de Jean-Adam Pellot et d’Odile Beyer, fille de Guillaume précité, datée de 1665, les armes sont comme ci-dessus décrites, mais sans les étoiles (Taque d’alliance Pellot-Beyer, collection Metz à Eich, série I C, no 98).

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 232