Reinach

Armes:


Écartelé: aux I et IV d’or au lion à la double queue de gueules, la tête d’azur lampassé de gueules, celui du I contourné (Reinach), aux II et III d’or à deux bandes de gueules (Saint-Loup). Sur le tout un écusson d’argent couronné d’or chargé d’une épée en bande au naturel, la garde d’or, et d’une masse d’armes brochante en barre, aussi au naturel, un bar d’azur pendu à dextre à la pointe de l’épée, sur la garde de laquelle est perché un faucon au naturel, à sénestre (Cornpagnie chevaleresque souabe du poisson et du faucon, dont les Reinach firent partie aux XVe et XVIe siècle).

Deux casques couronnés, affrontés en courtoisie.

Cimier:

  1. Un lion contourné d’or, lampassé de gueules, le dos garni de cinq plumes de paon (sans la crête).
  2. Un loup au naturel, lampassé de gueules.

Sources du Dr. Loutsch:

(N. B.: a) le texte parle à tort de la tête et du cou encapuchonnés d’azur, alors que la peinture montre bien les poils de la crinière du lion; b) la queue double est une invention, et les monuments seront toujours discrets quant à la deuxième queue); c) La famille de Saint-Loup portait d’or à trois bandes de gueules, la concession de Vienne n’en donne que deux. Les Reinach porteront le plus souvent deux bandes, parfois trois, rarement une seule).
(Hervé Pinoteau, op. cit., d’après les patentes originales, Archives de Reinach aux archives de Colmar, no 85).
Titre de baron du Saint-Empire avec augmentation d’armoiries, concédés par lettres de l’Empereur Ferdinand II, datées de Vienne le 13-IV-1635. Cette composition est celle des trois branches subsistantes: barons de Reinach, comtes de Grandvelle-Foussemagne, les barons de Reinach -Werth, et enfin les barons de Reinach -Hirtzbach, ces derniers intéressant particulièrement le Luxembourg, puisqu’ils ont hérité au XVIIIe siècle des grands biens Mohr de Wald. En confiant avec un désintéressement parfait, tout son fonds d’archives concernant le Luxembourg aux Archives de l’État de Luxembourg en 1875, cette famille a rendu à notre pays un service dont seuls les historiens peuvent mesurer l’ampleur.
Voir sur cette famille: Walther Merz: Die Ritter von Rinach im Aargau, dans «Argovia» Aarau, t. XX, 1889 et t. XXI, 1890, repris dans: Herren von Rinach, paru dans Manuel généalogique pour servir à l’histoire de la Suisse, Zurich 1908-1916, pp. 17-56, 410-412; Grafen und Freiherren von Reinach, paru dans l’ouvrage d’Othmar, baron von Stolzingen: Oberbadisches Geschlechterbuch, Heidelberg 1919, t. III, etc.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 671

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.