Armorial Loutsch 563

Maurissens

Armes:


D’argent au tilleul au naturel posé sur une terrasse de sinople accosté au pied à sénestre d’une corneille essorante de sable.

Cimier:

Un cygne essorant d’argent.

Sources du Dr. Loutsch:

(R. R. de B. S.A.R. II, P. 429 Arch. Famille de l’auteur.)
Famille d’ancienne noblesse d’origine flamande. Titre de chevalier le 6-XII-1679, reconnaissance de noblesse et du titre le 2-XII-1822. Une branche hollandaise, portant le titre de Jonekheer était fixée au XIXe siècle à Echternach, alliance avec la famille Jcerg.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 563

Mauléon

Armes:


D’or au lion d’azur.

Sources du Dr. Loutsch:

(C.)

Famille lorraine, seigneurs de Tavigny, Sappogne, etc., au XVIIe siècle, voir Ruppert, 156.

Mathieu

Armes:


Un griffon tenant une boule.

Cimier:

Un vol.

Sources du Dr. Loutsch:

(S.A.R. II, P. 438).

Cachet de Antoine-Joseph Mathieu, curé de Weimerskirch, 1788. M.W., d’après Koller donne un lion, mais il s’agit du même cachet décrit, et de Raadt est certainement plus sûr dans ses descriptions que Koller.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 563

Raville

Armes:


De gueules à trois chevrons d’argent.

Cimier:

( A.D.S./A.H. B./N./P./R./S.L. S.A.R. III, P. 198/des R.).

Une des familles les plus importantes de l’ancienne noblesse luxembourgeoise, connue depuis le début du XIIe siècle, éteinte au XVIIIe. La seigneurie de Raville, entre Metz et Saint-Avold (Moselle) était un fief luxembourgeois. Aux XIIIe et XIVe siècle, certains membres de cette famille ont pris les noms de Bénéstroff et de Warsberg, fiefs qui leur appartenaient, mais depuis la fin du XIVe le seul nom de Raville a prévalu. Généalogie, voir: Jean-Claude Loutsch: La famille de Raville, Intermédiaire des Généalogistes, n° 83, 84, 85 et 86, et Möller III.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 663

Rathsamhausen

Armes:


D’argent à la fasce de sinople, à la bordure de gueules.

Sources du Dr. Loutsch:

(R.).

Cimier:

Une tête et col de chien braque d’argent.

Très ancienne famille alsacienne.

La branche dite en allemand Rathsamhausen zum Stein, ce qui est souvent traduit en français par La Roche, se trouve aussi bien en Lorraine qu’au Luxembourg. Möller II.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 663