bar

Billehé de Valensart

Armes:


Écartelé: aux I et IV d’argent à trois lions posés 2 – 1, le premier de gueules, le second de sable, le troisième d’azur (Valensart), aux II et III d’azur à la fasce d’or chargé d’une tête de more de sable tortillée d’argent, accompagnée de trois annelets d’or (Billehé). Sur le tout de Mewen, qui est Écartelé: a) et d) parti d’un burelé d’or et de gueules (Loos) et de gueules à deux bars adossés d’or, accompagnés de quatre (ou cinq) croix recroisettées au pied fiché du même (Chiny) b) et c) de gueules au lion d’argent couronné d’or (Heinsberg). Sur le tout du tout de sable à trois mouettes d’argent (Mewen ou Meeuven).

Deux casques, couronnés.

Cimier:

  1. Un renard issant et contourné d’or, tenant entre ses dents un coq de sable (Valensart).
  2. Une étoile d’or entre un vol à l’antique d’azur et d’or (Billehé).

Supports:

Deux griffons regardants d’or, armés et lampassés de gueules.

Devise:

QUI NON POTEST SPERARE DESPERET NIHIL.

Sources du Dr. Loutsch:

(N./R.)
Branche de la famille de Valensart qui reprit le nom et les armes de Billehé, comme il a été dit plus haut. Généalogie dans A.N.B. 1862.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 234

Reinach

Armes:


Écartelé: aux I et IV d’or au lion à la double queue de gueules, la tête d’azur lampassé de gueules, celui du I contourné (Reinach), aux II et III d’or à deux bandes de gueules (Saint-Loup). Sur le tout un écusson d’argent couronné d’or chargé d’une épée en bande au naturel, la garde d’or, et d’une masse d’armes brochante en barre, aussi au naturel, un bar d’azur pendu à dextre à la pointe de l’épée, sur la garde de laquelle est perché un faucon au naturel, à sénestre (Cornpagnie chevaleresque souabe du poisson et du faucon, dont les Reinach firent partie aux XVe et XVIe siècle).

Deux casques couronnés, affrontés en courtoisie.

Cimier:

  1. Un lion contourné d’or, lampassé de gueules, le dos garni de cinq plumes de paon (sans la crête).
  2. Un loup au naturel, lampassé de gueules.

Sources du Dr. Loutsch:

(N. B.: a) le texte parle à tort de la tête et du cou encapuchonnés d’azur, alors que la peinture montre bien les poils de la crinière du lion; b) la queue double est une invention, et les monuments seront toujours discrets quant à la deuxième queue); c) La famille de Saint-Loup portait d’or à trois bandes de gueules, la concession de Vienne n’en donne que deux. Les Reinach porteront le plus souvent deux bandes, parfois trois, rarement une seule).
(Hervé Pinoteau, op. cit., d’après les patentes originales, Archives de Reinach aux archives de Colmar, no 85).
Titre de baron du Saint-Empire avec augmentation d’armoiries, concédés par lettres de l’Empereur Ferdinand II, datées de Vienne le 13-IV-1635. Cette composition est celle des trois branches subsistantes: barons de Reinach, comtes de Grandvelle-Foussemagne, les barons de Reinach -Werth, et enfin les barons de Reinach -Hirtzbach, ces derniers intéressant particulièrement le Luxembourg, puisqu’ils ont hérité au XVIIIe siècle des grands biens Mohr de Wald. En confiant avec un désintéressement parfait, tout son fonds d’archives concernant le Luxembourg aux Archives de l’État de Luxembourg en 1875, cette famille a rendu à notre pays un service dont seuls les historiens peuvent mesurer l’ampleur.
Voir sur cette famille: Walther Merz: Die Ritter von Rinach im Aargau, dans «Argovia» Aarau, t. XX, 1889 et t. XXI, 1890, repris dans: Herren von Rinach, paru dans Manuel généalogique pour servir à l’histoire de la Suisse, Zurich 1908-1916, pp. 17-56, 410-412; Grafen und Freiherren von Reinach, paru dans l’ouvrage d’Othmar, baron von Stolzingen: Oberbadisches Geschlechterbuch, Heidelberg 1919, t. III, etc.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 671

Pochet

Armes:


Parti, à trois bandes, et à deux bars adossés.

Sources du Dr. Loutsch:

(Gourdet).
Famille des seigneurs d’Une (Chanly). Peut-être parti d’alliance, en quel cas seul le I du parti s’appliquerait aux Pochet.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite

Heinsberg

Armes:


Écartelé: aux I et IV parti d’un burelé d’or et de gueules (Looz) et de gueules à deux bars adossés d’or, le champ crusillé du même (Chiny), aux II et III de gueules au lion d’argent (couronné d’or), la queue fourchue.

Couronne d’argent.

Cimier:

Deux oreilles d’argent.
Capeline de gueules.

Sources du Dr. Loutsch:

(G./S.A.R. II, P. 57/B., avec des émaux fantaisistes).
Cette famille du duché de Juliers a émis des prétentions sur les comtés de Loos et de Chiny. Voir Möller IV.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 421

Barbarin

Armes:


D’azur à 3 bars nageants d’argent, celui du milieu contourné.

Sources du Dr. Loutsch:

(M./N./R.)
Famille originaire du Poitou dont une branche a habité la ville de Luxembourg au 18e siècle.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 207

Chieri ou Chier

Armes:


D’or à un bar posé en bande.

Sources du Dr. Loutsch:

(Gourdet).
Armes portées par Albert Baibians de Chieti ou Kier, lombard du Luxembourg, † le 13 juillet 1442 (v. Gourdet).

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 289

Roussy “bars”

Armes:


D’azur à deux bars adossés d’argent.

Casque couronné.

Cimier:

Deux coutres adossées.

Sources du Dr. Loutsch:

(K./N./P./R./S.L./S.A.R. III, P. 281).
Ancienne famille noble, dont le berceau est Roussy-le-Village (Moselle) près de Thionville.
(B., B.L. et P. donnent en plus des armes, qui sont toutes ou bien celles des Luxembourg-Roussy, ou des Châtillon-Roussy).

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 691