Reinach

Armes:


Écartelé: aux I et IV d’or au lion à la double queue de gueules, la tête d’azur lampassé de gueules, celui du I contourné (Reinach), aux II et III d’or à deux bandes de gueules (Saint-Loup). Sur le tout un écusson d’argent couronné d’or chargé d’une épée en bande au naturel, la garde d’or, et d’une masse d’armes brochante en barre, aussi au naturel, un bar d’azur pendu à dextre à la pointe de l’épée, sur la garde de laquelle est perché un faucon au naturel, à sénestre (Cornpagnie chevaleresque souabe du poisson et du faucon, dont les Reinach firent partie aux XVe et XVIe siècle).

Deux casques couronnés, affrontés en courtoisie.

Cimier:

  1. Un lion contourné d’or, lampassé de gueules, le dos garni de cinq plumes de paon (sans la crête).
  2. Un loup au naturel, lampassé de gueules.

Sources du Dr. Loutsch:

(N. B.: a) le texte parle à tort de la tête et du cou encapuchonnés d’azur, alors que la peinture montre bien les poils de la crinière du lion; b) la queue double est une invention, et les monuments seront toujours discrets quant à la deuxième queue); c) La famille de Saint-Loup portait d’or à trois bandes de gueules, la concession de Vienne n’en donne que deux. Les Reinach porteront le plus souvent deux bandes, parfois trois, rarement une seule).
(Hervé Pinoteau, op. cit., d’après les patentes originales, Archives de Reinach aux archives de Colmar, no 85).
Titre de baron du Saint-Empire avec augmentation d’armoiries, concédés par lettres de l’Empereur Ferdinand II, datées de Vienne le 13-IV-1635. Cette composition est celle des trois branches subsistantes: barons de Reinach, comtes de Grandvelle-Foussemagne, les barons de Reinach -Werth, et enfin les barons de Reinach -Hirtzbach, ces derniers intéressant particulièrement le Luxembourg, puisqu’ils ont hérité au XVIIIe siècle des grands biens Mohr de Wald. En confiant avec un désintéressement parfait, tout son fonds d’archives concernant le Luxembourg aux Archives de l’État de Luxembourg en 1875, cette famille a rendu à notre pays un service dont seuls les historiens peuvent mesurer l’ampleur.
Voir sur cette famille: Walther Merz: Die Ritter von Rinach im Aargau, dans «Argovia» Aarau, t. XX, 1889 et t. XXI, 1890, repris dans: Herren von Rinach, paru dans Manuel généalogique pour servir à l’histoire de la Suisse, Zurich 1908-1916, pp. 17-56, 410-412; Grafen und Freiherren von Reinach, paru dans l’ouvrage d’Othmar, baron von Stolzingen: Oberbadisches Geschlechterbuch, Heidelberg 1919, t. III, etc.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 671

Martiny

Armes:


D’argent au chevron d’azur accosté de deux faucons (affrontés) au naturel, et un arbre de chêne en pied et en pointe.

Cimier:

Le chêne au naturel de l’écu.

Sources du Dr. Loutsch:

(Emile Diderrich: Notice généalogique sur la famille de Martiny d’Erpigny, extrait des Annales d’Arlon, 1911, t. XLVI/H.A./K./N./R.).

Anoblissement daté de Madrid le 6-XI-1698 pour François Martiny, sgr. de Weiler-la-Tour. Enregistré à la Chambre des Comptes de Bruxelles le 17-11-1699, au Conseil Provincial de Luxembourg, le 9-III-1699. Copie faite par le notaire G. Adami le 26-VIII-1720 (Arch. Lux.).

Voir Emile Diderrich, op. cit. Le 5 mars 1816 reconnaissance de noblesse à Jean-Joseph-Adolphe de M., inscrit dans l’Ordre Équestre de Luxembourg.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 559

Colnet d’Huart

Armes:


Parti au I de Colnet, qui est d’argent au sénestrochére de gueules, paré d’argent, mouvant du flanc vers la pointe, la main gantée d’or portant sur le poing un faucon au naturel chaperonné de gueules, et accosté de deux branches de fougère de sinople, ou au naturel, au II d’Huart, qui est d’argent à une branche de houx de sinople de 5 feuilles, fruitée de gueules, issant de trois flammes de gueules.

Armes portées par cette branche luxembourgeoise de la famille, qui a habité le château de Bertrange près de Luxembourg.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 297

Colnet – variante

Armes:


D’azur au sénestrochére mouvant duflanc vers la pointe, la main gantée d’or portant sur le poing un faucon au naturel chaperonné, le tout d’argent, accosté de deux branches de fougère d’argent ou au naturel.

[Le champ d’azur, tous les meubles d’argent, les fougères d’argent ou au naturel.]

Sources du Dr. Loutsch:

(D’Hozier: Armorial Général, Flandre, armes déclarées par les Colnet de Maubeuge et d’Avesnes en 1696).
Sur cette famille, voir A.N.B. 1895. Une branche luxembourgeoise.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 297

Falkenstein

Armes:


Trois faucons contournés.

Sources du Dr. Loutsch:

(Arch. Arlon, Guirsch.)
Sceau de Godefart de Falkenstein, 23-IV-1467, qui, avec son parent Jean de Boulay, seigneur de Soleuvre, Berbourg et Dudelange, fait une déclaration concernant une vouerie à Boevange. Pourrait appartenir à la famille alsacienne de ce nom, qui portait: d’azur à trois faucons d’argent

Sources du Dr. Loutsch:

(R.).

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 352

Falkenstein

Armes:


De gueules au faucon d’argent, surmontant une colline de sinople.

Cimier:

Un faucon volant d’argent.

Sources du Dr. Loutsch:

(B./K./N./P./R./U./Rolland: Supplément, IV, 1933.)

Tous ces auteurs se sont recopiés pour attribuer ces armes aux anciens sires de Falkenstein, mais rien ne permet d’affirmer leur authenticité.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 352

Faulcon

Armes:


Écartelé, au I d’azur au faucon d’argent, au II de gueules à la croix d’argent, au III d’azur, au IV de gueules.

Un écu parti d’azur et de gueules, le dessus Coupé, au premier coing un faulcon d’argent, à l’autre une croix de même métal
(texte des patentes, peu clair. En somme: Écartelé, au I d’azur au faucon d’argent, au II de gueules à la croix d’argent, au III d’azur, au IV de gueules.)
Casque couronné.

Cimier:

Un faucon d’argent.

Lambrequins:

d’argent et d’azur.

Sources du Dr. Loutsch:

(Arch. Lux. Régistrature Cons. Prov. IV, 197/H./K.)
Anoblissement par lettres du Roi Charles II, datées de Madrid le 21 janvier 1676, pour Jean-Pierre de Faulcon, seigneur de Redu, originaire de Liège.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 352