Unbescheiden – variante

Armes:


D’or à une marque formée de deux C et d’un filet en fasce entrelacés, le tout de gueules.

Sources du Dr. Loutsch:

(N.).

Armes portées par Jean-Jacques Unbescheiden, échevin de Trèves, 1684. Cette famille bourgeoise de Trèves, qui a plusieurs fois changé d’armoiries, comme nous allons le voir, a possédé des biens au Luxembourg, et s’est alliée à des familles luxembourgeoises.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 776

Recking

Armes:


De gueules à un chiffre 4, la traverse recroisettée, le pal formant la branche verticale des deux lettres B et R entrelacées et l’une sur l’autre, le tout d’or entre deux étoiles à six rais du même.

Cimier:

Une des étoiles.

Sources du Dr. Loutsch:

(Bibl. Municipale de Trèves: Stadttrierisches Wappenbuch Ms. no 700 fol. 10).
Armes de Bernard Recking, maître des merciers de la ville de Trèves, 1689, d’origine luxembourgeoise.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 666

Tesch (anobli)

Armes:


D’or à deux cors de chasse entrelacés d’azur, accompagnés de deux étoiles à six rais de gueules, l’une en pointe, l’autre en coeur, et en chef d’un rencontre de mouton brun.

Cimier:

Une étoile de l’écu.

Sources du Dr. Loutsch:

(Lettres-patentes publiées dans Jules Vannérus: Le Cartulaire Tesch de Fresnoy la Montagne, publié dans Annales d’Arlon, 1905, t. XL/K./R./S.Lux./Plusieurs cachets, not. André, 9-II-1730, not. Schwab, 1759, no 96/Arch. Lux. Chartes et Titres divers: Folkendange: 24-I-1719).

Anoblissement par lettres de Charles VI datées de Vienne le 17-II-1724, pour François-Wolfgang Tesch, seigneur de Fresnoy-la-Montagne, né au comté de Vianden, duché de Luxembourg. A noter qu’il n’est pas parlé d’un titre de chevalier du Saint-Empire, qu’il avait pourtant sollicité, et dont il est parfois question chez certains auteurs. Il s’agit de la branche aînée des Tesch, éteinte à la fin du XVIIIe siècle.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 757

Tesch (1694)

Armes:


Deux C entrelacés, accompagnés de deux étoiles à six rais, une en coeur, une en chef, cette dernière accostée des lettres F et T.

Sources du Dr. Loutsch:

(Arch. Lux. Fds. Du Prel, liasse IX, no 668).

Cachet de Frédéric Tesch, bailly de Bourscheid, 1694. On trouve exactement ces armes, sans les initiales, sculptées sur l’autel latéral droit de l’église de Bourscheid, au-dessus de la statue de St. Fiacre. Ce sont là indiscutablement les armes les plus anciennes portées par cette famille.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 757

Tesch

Armes:


D’or à deux cors de chasse entrelacés d’azur, surmontés d’un rencontre de taureau de sable, accompagnés de deux étoiles à huit rais de gueules, l’une en cœur, l’autre en pointe.

Cimier:

l’étoile de l’écu.

Sources du Dr. Loutsch:

(K./R./S. Lux.).

Armes telles qu’elles sont portées par la branche des seigneurs de Falkenstein au XVIIIe siècle, branche toujours représentée.

A noter que S.L. représente les cors de chasse, l’embouchure en bas, ce qui est une erreur, et ne se retrouve sur aucun témoin.

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 758

Petit

D'azur à deux annelets entrelacés en pal d'or.

Armes:


D’azur à deux annelets entrelacés en pal d’or.

Cimier:

Un annelet d’or.

Sources du Dr. Loutsch:

(Arch. Ansembourg, Familles, V, Certificat du 29-VIII-1709, établi par J. Rasselle, mayeur de Laroche).
Armes portées par Anne Petit, épouse d’Englebert Ferier, de Laroche. Ces armoiries sont ainsi peintes sur un vieux drap dont on se sert à l’ église de Laroche pour mettre sur les bières des morts».

Zitiert nach (Quelle): A.L. Seite 638

D'azur à deux annelets entrelacés en pal d'or.